Lucie lith

Lucie Lith.png

Inspirée par les couleurs du Pop art et l'Art urbain, Lucie Lith crée des pochoirs qu'elle mêle à du texte pour raconter des histoires que chacun percevra selon sa propre sensibilité. 

" Ce qui m'importe ce n'est pas de plaire ou de déplaire, mais de toucher. Il n'y a que l'émotion qui compte "  

Autodidacte, elle a décidé de se consacrer pleinement à la peinture en 2015, mais elle crée depuis son plus jeune âge.

Animée par un goût prononcé pour l'imaginaire et la narration, elle a d'abord développé sa sensibilité et sa créativité à travers l'écriture de poèmes et de plusieurs romans, avant de découvrir le collage en 2008. Rapidement, son travail évolue vers des créations plus complexes, utilisant des images qu'elle retravaille puis imprime, découpe et déchire, ajoutant de la peinture et du texte pour enrichir son message.

 

À partir de 2016, elle découvre les techniques de l’Art urbain avec l’utilisation de l’aérosol et elle crée ses propres pochoirs auxquels elle commence à mêler du texte. Le mariage entre les mots et la peinture a alors lieu. Les lettres intègrent ses personnages et le décor pour composer un visage, révéler une pensée, illustrer une attitude ou encore revendiquer une conviction. L’accent est mis sur l’histoire de chacun, les expériences qui façonnent nos êtres et définissent qui nous sommes. Car nous sommes tous faits de l’accumulation de nos histoires. Nous gardons toujours en nous une trace de nos rencontres et de nos expériences et rien ne s’efface réellement. 

 

Les créations de Lucie Lith mêlent la peinture acrylique au stylo ou pinceau et l’aérosol. Elles sont souvent faîtes de dizaines de couches de pochoirs que l’artiste détruit une fois l’œuvre achevée. Car chaque histoire est unique. Les personnages sont constitués d’un amalgame de mots qui s’emmêlent et s’enchevêtrent à l’excès, et dont les lettres s’envolent souvent dans le décor. Les couleurs semblent s'emboîter les unes dans les autres pour révéler des créations au style incomparable et laisser apparaître des sujets à l’allure déstructurée, symbolisant l’imperfection de ce monde tout en affichant une unité porteuse d’espoir.